2014-08-02

Jamais personne ne s'est suicidé dans la cathédrale Notre-Dame

- Quel jour dites-vous ?
- Le 11 février.
- 1931 ?
- Oui.
- Il ne s'est absolument rien passé ce jour-là. Regardez vous-même.
- Mais pourtant la Préfecture en garde la trace. La presse en a parlé.
- Pure malveillance. Vous voyez bien... J'ai vérifié par acquis de conscience, mais j'en étais sûr : il ne s'est rien passé. D'ailleurs jamais personne ne s'est suicidé dans la cathédrale Notre-Dame. Jamais personne.
- Au revoir.
- Au revoir, Madame.

Antonieta, Carlos Saura, 1982

"UNE ANGLAISE SE SUICIDE DANS L'EGLISE NOTRE-DAME 
Son mari, resté au Mexique, avait demandé le divorce et elle se trouvait sans ressources 
Sous les voûtes de la basilique Notre-Dame, où de nombreux fidèles priaient, hier à midi, une détonation retentit et l'on vit s'écrouler une jeune femme qui se tenait depuis un instant devant la porte de la sacristie.
Maintenant leur effroi, les témoins se précipitèrent au secours de l'inconnue qui tenait encore dans sa main crispée le revolver dont elle venait de se loger une balle dans la région du coeur.
M. Pineau, commissaire du quartier, prévenu, fit transporter la blessée, dans le coma, à l'Hôtel-Dieu, mais elle y décéda peu après son arrivée.
Dans le sac à main de la désespérée, le magistrat trouva des papiers qui lui permirent de l'identifier.
Il s'agit de Mme Blair, née Antoinette Rivas, d'origine mexicaine, mariée à un Anglais résidant actuellement au Mexique.
Mme Blair, dont le mari avait demandé le divorce, avait quitté Londres depuis peu. Elle avait passé la journée de samedi dernier à Bordeaux, puis était venue s'installer à Paris, dans un modeste hôtel de la rive gauche.
Il n'a été trouvé sur elle qu'une somme de 15 francs et l'on pense qu'elle ne s'est donné la mort que pour échapper à la misère qui la menaçait.
La rituelle cérémonie de purification de l'église profanée a eu lieu dans l'après-midi sous la direction du chanoine Fauvel, assisté du clergé de Notre-Dame. Les portes de la cathédrale sont restées fermées durant toute la journée."

Le Petit Parisien, 12 février 1931

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k626909j/f6.image.highres


SUICIDE AT NOTRE DAME 
CATHEDRAL CLOSED FOR RECONSECRATION
Paris, February 12.
The stillness of Notre Dame was shattered by a revolver shot to-day. When the clergy hurried to a confessional, they found Mrs. Antoinette Blair dying, holding in her hand a letter addressed to the Mexican Consul-General, notifying him of her intention to commit suicide. Blair and his wife were wealthy, the former being a Scottish merchant, who is now in Mexico. It is understood that divorce proceedings were pending against Mrs. Blair. The cathedral was closed for three hours for reconsecration.  

The Barrier Miner, Saturday, February 14, 1931
Broken Hill, New South Wales

COMMITS SUICIDE IN FAMOUS CATHEDRAL
Paris, Feb. 12. Notre Dame Cathedral had been reconsecrated today for the firts time in centuries, after the suicide there yesterday of Antoinette Rivas, 33, a beautiful Mexican woman. The reconsecration ceremony was carried out at sunset, the  ritual lasting four hours.
Priests praying in the famous cathedral heard a revolver shot and found the body of Antoinette Rivas before an image of Christ. The woman had 15 francs, about 60 cents, in her handbag.
She was the wife of Albert Blair, an Englishman.
Ceremonies began immediately to purge the cathedral prior to the Te Deum mass to be celebrated today on the ninth anniversary of the coronation of Pope Pius XI.
-
Mexico-City. Feb. 12. - Albert Blair, an English real estate dealer living here and the husband of Antoinette Rivas, has been separated from his wife for seven years, although they were not divorced, friends of Blair said today. The wife had the custody of their 11 year-old son, Donald Antonio.
Olean Times
Thursday, February 12, 1931