2014-02-03

Colère


"Colère", par Xavier Héraud
Publié par Xavier Héraud
L'annonce par Matignon du report sine die de la loi Famille est non seulement une humiliation pour Dominique Bertinotti mais aussi un drame pour des milliers de familles.

Ce n'est plus une victoire, c'est un triomphe. Les homophobes du "jour de colère" et de la "manif pour tous" peuvent être satisfait.e.s et Béatrice Bourges peut bien recommencer à s'alimenter. Moins de 24 heures après la fin du dernier rassemblement anti-PMA-GPA-etc., le gouvernement de Jean-Marc Ayrault a capitulé en rase campagne.
DOMINIQUE BERTINOTTI HUMILIÉE
C'est d'abord Manuel Valls qui a ouvert le bal sur RTL, en annonçant que le gouvernement n'accepterait aucun amendement sur "la GPA et la PMA" (on appréciera au passage la manière avec laquelle ces deux mesures sont amalgamées) lors de l'examen de la loi Famille. Une annonce vite confirmée par Matignon. On ne sait pas bien si le ministre de l'Intérieur s'est pris l'espace d'un instant pour le ministre de la Famille, le porte-parole du gouvernement, le Premier ministre, ou tout cela à la fois, mais c'était déjà une belle humiliation pour Dominique Bertinotti, chargée de cette loi Famille et favorable, à titre personnel, à l'ouverture de la PMA pour les couples de femmes.
Mais pour cette dernière, le coup de grâce était encore à venir. En réponse à Manuel Valls, Bruno Le Roux, chef de file des députés PS à l'Assemblée nationale (et lui aussi favorable à la PMA), a ensuite souligné sur Radio Classique qu'il ne connaissait pas le calendrier de cette loi de toute façon. Quelques instants après l'entretien, le directeur de la rédaction de la radio tweetait une info exclusive: il n'y aura pas de loi Famille en 2014. Pas très difficile de comprendre qui est la source de l'info, également confirmée par Matignon plus tard dans l'après-midi, au prétexte que "les travaux préparatoires doivent se poursuivre" et que le "calendrier parlementaire est dense".
À ce stade, ce n'est plus une couleuvre que la ministre chargée des familles doit avaler, c'est carrément le boa du Petit Prince (éléphant compris). Sachant que ce dernier ressemble également à un chapeau, on attend de voir comment Dominique Bertinotti va manger le sien dans les jours/heures qui viennent.
14 ANS ENTRE LE PACS ET L'OUVERTURE DU MARIAGE
Mais cet aspect politique reste dérisoire au regard de la situation de ces femmes lesbiennes qui ne pourront pas avoir d'enfant ou qui devront dépenser des milliers d'euros pour en faire à l'étranger dans des conditions loin d'être idéales. Car si ces lois ne sont pas adoptées maintenant, quand le seront-elles? Sous cette législature, cela semble fortement compromis. Qui peut encore croire au coup de l'avis du Conseil consultatif national d'éthique? Souvenons-nous de cette phrase du président de la République: "Si j'avais voulu que la PMA soit dans cette loi [du mariage pour tous], elle y aurait été".  La législature suivante? Si on prend les mêmes et on recommence aux prochaines législatives, on ne voit pas comment ces mesures pourraient d'un coup revenir en grâce. Si jamais l'UMP est victorieuse, inutile de vous faire un dessin.
Il a fallu attendre 14 ans entre le Pacs et l'ouverture du mariage aux couples de même sexe. Faudra-t-il attendre autant pour la PMA? Des femmes qui ont actuellement 30 ans en auront 44. Ce sera trop tard pour elles. Et que dire des personnes trans' qui devront encore supporter longtemps le fardeau de papiers qui ne leur ressemblent pas? Et au-delà de nos propres préoccupations, bien des familles hétéros auraient pu bénéficier des nouvelles dispositions de la loi Famille.
PEUR OU CONVICTION?
Tout ça pour quoi? Parce que François Hollande, Jean-Marc Ayrault ou Manuel Valls (puisque ce dernier semble donner le tempo) ont eu peur de quelques dizaines de milliers d'intégristes et de réactionnaires ou de la dizaine d'olibrius qui les siffle à chaque déplacement dans le pays. Ou peut-être ont-ils été convaincus par leurs idées? On ne sait pas quelle hypothèse est la pire, finalement.
Certes, le gouvernement aura fait voter le mariage pour tous, au terme d'un débat qui aura été terriblement éprouvant pour les gays et les lesbiennes. C'était bien la moindre des choses. Il avait été élu (entre autres) pour ça. En enterrant quasi-définitivement la PMA aujourd'hui François Hollande laissera aux gays et aux lesbiennes un goût non pas d'inachèvement mais de renoncement.
En contentant des gens qui n'ont jamais voté et qui ne voteront jamais à gauche, le gouvernement s'est sans aucun doute aliéné pour longtemps une partie de ses propres électrices et électeurs. Si jamais des voix viennent à manquer au Parti socialiste lors d'une prochaine élection, ses responsables pourront se pencher sur ce qui s'est passé ce 3 février 2014. Ils/elles y trouveront un début d'explication.
Photo Xavier Héraud