2013-08-14

An average Russian woman

Gay rights in the West did not come out of a vacuum. They exist in the larger context of humanist movements, centuries of people striving for a fairer society, whether it was ending segregation or working toward gender equality. Russia doesn't have an equivalent of these movements. Russia's minorities, including Jews, are as despised now as they were during the reign of the Tzars. Feminism, which is such an important precursor for gay rights, is foreign to most in the former Soviet Union. Women don't see themselves as equal and rarely question whether that's a good thing. An average Russian woman works her ass off and then comes home expected to do every house chore possible while her husband reads the newspaper and drinks. March 8, International Women's Day, which is very popular in Russia, has been appropriated by the sexist culture to mean nothing more than celebrating how pretty women are and giving them flowers. Domestic violence is the norm. Misogyny is as Russian as vodka. And without the assumption that women and men are equal, the concept of gay rights doesn't stand a chance.
Wes Hurley




"Ce qui dépasse le cadre de la démocratie et des valeurs humaines c'est le traitement fait aux femmes, c'est pas les FEMEN." Malek Boutih
https://www.facebook.com/francefemen

Les droits des homosexuels ne sont pas apparus par magie en Occident. Ils existent dans le cadre de mouvements humanistes, des siècles entiers où des gens se sont battus pour une société plus juste, que ce soit pour l'abolition de la ségrégation ou pour l'égalité des sexes. La Russie n'a jamais connu d'équivalent à ces mouvements. Les minorités russes, y compris les Juifs, sont tout autant méprisées aujourd'hui qu'elles l'étaient à l'époque des tsars. Le féminisme, qui est un important précurseur des droits des homosexuels, est inconnu de tous en ex Union soviétique. Les femmes ne se voient pas comme égales et se demandent rarement si c'est une bonne chose ou non. En général, une femme russe travaille d'arrache-pied et rentre à la maison pour s'attaquer à toutes les tâches ménagères pendant que son mari lit le journal et boit. Le 8 mars, journée internationale de la femme, est très populaire en Russie mais a été complètement récupéré par la culture sexiste pour ne devenir qu'une ode à la beauté de la femme et une raison pour lui offrir des fleurs. Les violences domestiques sont courantes et la misogynie est aussi russe que la vodka. Et sans le principe que les femmes et les hommes sont égaux, le concept des droits des homosexuels n'a aucune chance de prévaloir.
Wes Hurley